BLOG  &  VLOG

Théorie de la double causalité : une nouvelle conception du temps en co-création avec l’univers

La Double Causalité est le concept fondateur d’une Théorie de la Synchronicité qui fait émerger naturellement la notion d’Esprit d’une nouvelle conception du temps impliquant un processus subtil de co-création de l’univers. Il s’agit donc d’une théorie métaphysique, mais elle est fondée sur une hypothèse scientifique – l’indéterminisme macroscopique – dont résulte un manque d’informations susceptible d’être comblé par la conscience. Cette théorie qui ouvre un large champ des possibles à notre futur fait l’objet de travaux de recherche dans le cadre de la physique de l’information. Elle pourrait devenir une théorie scientifique le jour où cette hypothèse sera validée, comme le fut l’indéterminisme quantique en 1982 (expérience EPR d’Alain Aspect).


La Théorie de la Double Causalité (TDC) s’intéresse aux mécanismes d’une seconde causalité qui serait une rétrocausalité ou causalité rétrograde, récemment envisagée par Stephen Hawking dans sa cosmologie descendante et résumée ainsi: nous créons la réalité [passée] par notre observation. Cette causalité rétrograde serait capable d’expliquer de nombreux phénomènes étranges comme la synchronicité, les coincidences extraordinaires et certaines intuitions salutaires. Elle a été présentée à l’origine dans un livre* intitulé < La Route du Temps > qui est à la fois un roman initiatique et un essai de vulgarisation scientifique, puis développée de façon plus aboutie dans un essai <La Physique de la conscience> (voir en bas de page). La TDC synthétise en effet différents enseignements de la physique moderne dans des domaines aussi variés que la théorie du chaos, la mécanique quantique, la théorie de la relativité, la physique statistique et plus récemment, la physique de l’information.


La TDC reste toutefois assujettie aux deux autres hypothèses suivantes qui recoivent des avis partagés:

  • L’authenticité de notre libre arbitre : notre liberté n’est pas une illusion, nous faisons réellement des choix dans nos vies qui ne dépendent pas que du passé.

  • L’omniprésence du futur : l’univers est déjà réalisé – partiellement – dans notre futur, selon des versions multiples permettant à notre destin de changer.


Ces deux hypothèses conduisent à faire émerger le rôle très important de l’intention authentique (libre) dans la réalisation d’un destin individuel. Le pouvoir de l’intention réside dans la capacité d’un être humain à relever instantanément les probabilités d’occurence d’un destin choisi, au dépend d’un autre destin devenant alors moins probable. Tous les futurs potentiels d’un individu ou d’une collectivité évoluent simultanément en fonction de leurs probabilités à l’intérieur d’un “Arbre de Vie” personnel ou collectif.


La seconde causalité, inverse de la causalité habituelle ou encore rétrocausale, nous explique comment certaines causes peuvent parfois dériver de leurs effets, alors que les effets sont censés habituellement dériver des causes. Il s’agit d’une influence du futur sur le présent qui n’est possible que dans un univers déjà réalisé où un déterminisme inversé est à l’oeuvre, analogue à la cosmologie top-down de Stephen Hawking.

Il s’ensuit que les probabilités d’occurence de certains effets, une fois grandies par l’intention, peuvent remonter le temps pour augmenter dans notre futur immédiat les probabilités d’émergence d’opportunités qui semblent en être les causes. Cela se traduit par des coincidences ou par la manifestation d’un hasard synchrone chargé de sens et d’autant plus surprenant qu’il laisse penser avec force à l’influence d’un certain “état d’esprit”. La TDC confirme la justesse de cette intuition d’un lien acausal entre l’état d’esprit et certains évènements à travers les synchronicités, lien initialement introduit par Wolfgang Pauli (Prix Nobel de Physique) et Carl Gustav Jung.


Le point le plus intéressant de la Théorie de la Double Causalité est qu’elle se présente comme une théorie expérimentalement vérifiable, à la fois scientifiquement et sur le plan personnel. L’influence du futur sur le présent (ou rétrocausalité) a par exemple fait l’objet de nombreux travaux théoriques et d’une expérimentation scientifique publiée dans une revue à comité de lecture, et la production volontaire de synchronicités a été vécue par l’auteur* à l’occasion de plusieurs avalanches de coincidences décrites dans son livre et dont certaines ont été considérées par lui comme des preuves directes de la seconde causalité. En nous expliquant comment nous pouvons mentalement provoquer les coïncidences, et même en faire bon usage, ce livre < La Route du Temps > nous montre aussi de quelle façon la TDC peut se préter à des expériences reproductibles.

Il apporte enfin une réponse édifiante sur le mécanisme des synchronicités qui ne se limite pas ce champ. La TDC permet en effet de lever également le voile sur beaucoup d’autres phénomènes mystérieux qui traversent les siècles en défiant la raison humaine.


  • Notre destin est déjà réalisé sous la forme d’une ligne temporelle.

  • Notre ligne temporelle n’est pas figée: elle peut être remplacée par une autre ligne qui lui est parallèle dans le présent (au sein du multivers),

  • TOUT CE QUI N’EST PAS DETERMINE PAR LE PASSÉ EST DETERMINE PAR LE FUTUR,

  • La fonction du temps présent n’est pas de créer la réalité (déjà créée) mais de choisir notre futur commun par l’effet cumulé de toutes nos consciences,

  • Ce choix est difficile car notre libre arbitre est généralement illusoire: la liberté authentique nécessite un déconditionnement mental et un éveil spirituel,

  • Tout changement de ligne temporelle se fait par glissement ou déplacement le long des dimensions supplémentaires intérieures de l’univers,

  • L’amour (au sens du don de soi) est l’essence de ce déplacement dans l’espace intérieur (7D?), comme la gravitation dans l’espace extérieur (3D): nous attirons et sommes attirés par ce que nous aimons.

Rendez-vous sur le site de Philippe Guillemant pour en comprendre tous les détails...


-----


Philippe Guillemant

Est un ingénieur physicien français diplomé de l’Ecole Centrale Paris et de l’Institut de Physique du Globe. Il est Docteur en Physique et Habilité à Diriger des Recherches. Il exerce son activité au CNRS (UMR 7343, laboratoire IUSTI de Polytech' Marseille) où il est Ingénieur de Recherche Hors Classe.


Spécialiste d’intelligence artificielle, ses travaux ont débouché sur la création de deux entreprises innovantes licenciées par le CNRS: Synapsys et Uratek, qui lui ont valu plusieurs distinctions dont le Cristal du CNRS.


Jusqu'en 2010, ses brevets, réalisations et publications ont porté essentiellement sur des méthodes de traitement de l’information dérivées de la théorie du chaos, qu’il a appliqué à la reconnaissance de formes, à l’analyse des mouvements des yeux, à la caractérisation de l’activité cérébrale EEG (calcul du niveau d’éveil) et à la conception de réseaux de neurones.


Il mène aujourd'hui une recherche fondamentale en physique de l’information qui vise à réviser notre conception de l’espace-temps en lui octroyant une flexibilité par commutation de lignes d'univers à l'aide de dimensions supplémentaires, via la mécanique classique. Il s'agit de prendre en compte la présence inévitable à toute échelle de bifurcations imposant des choix non causaux, c'est à dire impliquant l'entrée d'informations futures ou extérieures à notre espace-temps 4D. Voir à ce sujet ses deux dernières conférences scientifiques (Nice 2018 , Strasbourg 2018) et ses deux récentes publications dans Annals of Physics, ainsi que les arguments qui doivent conduire les physiciens à prendre au sérieux la théorie d'une influence du futur, revendiquée par d'illustres physiciens tels que Yakir Aharonov ou Holger Bech Nielsen, entre autres... sans oublier feu Olivier Costa de Beauregard, le "père" de la rétrocausalité.


Il est l’auteur de la théorie de la double causalité (ou de l'espace-temps flexible), un modèle de création de la réalité fondé sur le libre arbitre via la rétrocausalité, présenté dans ses trois livres “La Route du Temps” (Le Temps Présent, 2010 & 2014), "La Physique de la Conscience" (Trédaniel, 2015) et "Le Pic de l'Esprit" (Trédaniel, 2017), mais aussi synthétisé et mis en scène dans le film documentaire de Jean-Yves Bilien "La Route de la Conscience" (Big Bang Boum films, 2015). Ce modèle conduit, entre autres choses, à une explication rationnelle de la synchronicité qui débouche sur un véritable « pont » entre la Science et la Spiritualité.

Copyright © 2009-2021 UNISSONS - Laurent De Vecchi :: tous droits réservés ! Site réalisé par BLUE WINGS Diffusion

Partenaires d'UNISSONS :

youtube-blue-2.png
Facebook-logo-png-qw.png
mewe_logo-full-1.jpg